smartphone couteau suisse

L’écran : pas toujours le responsable

Les comportements de l’enfant considérés comme problématiques par l’adulte ne viennent pas forcément de leur utilisation des écrans, à ne pas oublier car l’excuse me semble parfois facile.

Prenons l’exemple d’un adolescent de 14 ans. Il a tendance à déprimer, peut parfois faire de l’anxiété. Il passe plus de cinq heures sur son téléphone chez lui quasiment tous les jours. Ce temps passé sur l’écran est peut-être un comportement symptomatique d’autres problèmes dans sa vie et n’est pas forcément la cause de ses difficultés.

À ce stade, il y a plusieurs questions à se poser :

Est-ce que c’est à cause de son utilisation des écrans que ce jeune homme ne fait pas d’activités, de rencontres et d’expériences ?

Est-ce parce qu’il connaît certains problèmes dans sa vie de tous les jours qu’il se réfugie derrière l’écran ?

Est-ce que son temps d’écran l’aide à surmonter les moments douloureux ou au contraire le pousse encore plus vers la solitude et le sentiment de tristesse ?

Pour avoir les réponses, il est nécessaire d’ouvrir la discussion avec mon enfant et s’il ne veut pas parler, j’observe son langage corporel qui en dit parfois beaucoup plus que les mots.

Quelques questions que j’imagine : Tu es plutôt réseaux sociaux ou jeux vidéo ? Tu es plutôt discussion sur les réseaux sociaux ou plutôt scroll (passer d’un contenu à l’autre) ? Quelles émotions ressens-tu quand tu joues ou quand tu es sur les réseaux sociaux ? Niveau insultes ou publications humiliantes sur ton mur ou sur celui des autres, ça se passe ? Est-ce que tu as accès parfois à des images à caractère sexuel ? si c’est le cas, on peut en parler sans soucis si tu en as envie. Pour quelles raisons passes-tu autant de temps sur ton téléphone ? En réponse à ces questions, soit il me répond par des paroles et la discussion est ouverte, soit son corps va le faire avec ses différentes réactions, alors observez-le bien.

En bref, il est important de lui poser des questions, ceci même si elles dérangent ou qu’elles ne sont pas parfaitement exprimées. Et libre à lui de répondre ou non. Je lui montre que je suis là, présente aussi dans le monde numérique et j’imagine que cela doit être rassurant. Pas besoin d’être trop présente, juste ce qu’il faut, comme dans la vie de tous les jours.

Il n’est pas évident de savoir comment avoir des informations sur la vie numérique de mon enfant ou comment aborder les différents sujets. La raison est toute simple, personne ne m’a posé ce genre de questions quand moi-même je l’étais. À nous, parents des années 2000, d’innover, de créer, d’essayer, de se tromper et de recommencer. L’éducation est toujours en mouvement, rien n’est figé, c’est bien pour cela que nous avons tous un rôle à jouer.

Chaque arrivée technologique, comme par exemple l’imprimante, la radio, la télévision, les jeux vidéo, internet, le téléphone portable ou encore les réseaux sociaux ont amené des changements significatifs de comportements sociétales. Je crois que l’on va réussir à s’adapter à cette révolution numérique et trouver les meilleures solutions. Cela prendra du temps, beaucoup de temps, mais j’ai vraiment envie d’y croire. Je vous avoue tout de même être parfois pessimiste, car les changements actuels vont tellement vite que nous n’avons plus le temps de nous adapter pour aider les plus jeunes.

Je vous embrasse et vous souhaite une belle continuation avec ET sans les écrans 😉

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Un moment de partage entre générations à 1860 Aigle

    Prochaines dates 2024 : 27.04 / 25.05 / 15.06 / 20.07 / 24.08 / 28.09 / 26.10 / 23.11 / 07.12


    Thème : Grandir avec et sans les écrans

    Horaires : Jusqu'à 9 ans, de 14h à 15h30. Dès 10 ans, de 16h à 17h30

    P.S : Dès 10 ans, la sexualité sur les écrans est abordée